5 Ce transfert du pouvoir s'est opéré lors du règne de Hassine Bey (1824-1835). URL : http://journals.openedition.org/dhfles/2604, Voir la notice dans le catalogue OpenEdition, Plan du site – Contacts – Crédits du site – Flux de syndication, Nous adhérons à OpenEdition – Édité avec Lodel – Accès réservé, Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search, Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, Histoire de l'enseignement du français langue étrangère ou seconde dans le bassin méditerranéen. CHATER, Khalifa (1978) : Insurrection et répression dans la Tunisie du XIXe siècle. ? SAKGI, Habib (1973) : La politique de l’enseignement en Tunisie ci la veille de la première guerre mondiale 1881-1914. Elle a fait partie des professeurs qui ont enseigné dès les débuts de l’indépendance. L'ENSEIGNEMENT AU MAROC. 73Les Frères des Écoles Chrétiennes créent l’école de la Goulette. Comme le protectorat français au Maroc fut marqué par la personnalité d’un homme, celle de Lyautey, le régime imposé à la Tunisie en 1881 prit d’abord un visage, celui de Paul Cambon, grand diplomate et homme de coeur. Selon la même source, la proportion des élèves européens fréquentant les écoles françaises était tombée en 1889 à seulement 9,5%. Abderrazak Bannour, « Aperçu sur l’enseignement du français en Tunisie de 1830 à 1883 », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 27 | 2001, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 16 décembre 2020. Elles étaient toutes deux les alliés des Ottomans dans leur guerre contre la Russie des Tsars. Ces établissements n’étaient ni l’œuvre des Tunisiens ni l’œuvre des Français, mais des Italiens, qui formaient le clergé, et des Anglais protestants, au profit des Maltais3. 3 L'école fondée en 1830 par les Anglais rue Portofarina (avec deux parties une pour les garçons et une pour les filles) était présidée par le Dr. Davis. 17 Le Pacte Fondamental met les étrangers sous la protection des consuls de France ou d'Angleterre et donne à ces étrangers, entre autres avantages, le droit de posséder des biens immeubles en Tunisie. La langue française était devenue aussi langue des journaux (co-existence en fait avec l’arabe, l’italien et l’hébreu), de l’administration et de la littérature"11. 14 À l'exception toutefois du secrétaire de l'évêque, le père Anselme, qui était français. Tunis-Tripoli, Maison Arabe du Livre. Tunis, Frédéric Weber. Date de publication : 17/12/2015. ], 2 Grecs. En revanche, le gouvernement italien a administré officiellement les écoles italiennes. Cela est d’autant plus étrange que les ecclésiastiques relevant des différentes institutions cléricales de Tunisie (surtout dans l’archevêché de Tunis) étaient tous des capucins italiens14... et que la colonie la plus nombreuse (après les Italiens) était constituée de Maltais catholiques, exerçant leur rituel dans les églises italiennes, quoique appartenant de par les faits à l’Angleterre15. Il est vrai que le gouvernement français n’a administré directement aucun établissement, avant 1883.11 a quand même subventionné ou protégé quelques écoles françaises (Foncin, 1882 : 417). ), relatant les conditions d’installation des institutions d’enseignement dans la Régence, atteste indirectement cette course à la présence culturelle contre l’Italie : En 1880, M. Barthélémy Saint-Hilaire impute sur le budget français la somme de 6000 francs pour l’extension de la langue française. 69Épidémie de typhus (ces épidémies réduisent le nombre des élèves). Tome 1 et 4. GANDOLPHE, Marcel (1923) : « L’Enseignement français à Tunis avant l’occupation française ». Tunisie : Kais Saied se rend à Aïn Skhouna, Tunisie – Covid-19: le bilan général à Ben Arous, Mahdia, Manouba et Kébili, Un fils de Mehdi Barsaoui prochainement sur Netfllix. 6 Fondatrice, à Gaillac, en 1832. de la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph. 46Emilie de Vialar ouvre un établissement pour les jeunes filles à Sfax. 3 Cet établissement d’utilité publique voit le jour, par décret, le 18 janvier 1934. Elle correspond à des événements majeurs qui ont à jamais marqué le statut de la langue française en Tunisie. Tunis, Frédéric Weber. L'idéologie de l'école en Tunisie coloniale (1881-1945)/ 241 "Outre les matières de l'école élémentaire, les éléments de la géométrie et ses applications usuelles, spécialement le dessin linéaire et l'arpentage, des notions de sciences physiques et de l'histoire naturelle applicables aux usages de la vie, le chant, les éléments de l'histoire et de la géographie de France." Ainsi, du fait que l’enseignement de cette langue n’était pas destiné aux petits Français, qui constituaient avant le Protectorat un pourcentage négligeable, comparé à celui des Italiens ou des Maltais, les programmes comme les méthodes avaient dû être adaptés à leurs destinataires. L’école Alaoui fondée en 1882, par le Bey Ali, et les écoles israélites avaient adopté le français comme langue d’enseignement. 32Au cours de l’été, arrive à Tunis la mère Emilie de Vialar, fondatrice des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, accompagnée de cinq sœurs. Québec : Les Presses de l'Université Laval, 2006. Ce déséquilibre, qui a duré jusqu’en 1883 et même au-delà, vient confirmer cette hypothèse. PENDANT LE PROTECTORAT (1912-1956) LES « FILS DE NOTABLES » Dans le cadre d'une enquête universitaire globalement intitulée « Mémoire de la colonisation », de nombreux témoignages ont été recueillis parmi les Français qui ont vécu au Maroc entre 1912 et 19561. 775-776). 84Établissement du Protectorat Français en Tunisie. Il n'était désormais plus question de s'investir en Tunisie. En tout cas, lorsque Emilie de Vialar a débarqué en Tunisie pour fonder sa première école en 1840, il y avait environ 10.000 Européens rien que dans le Grand-Tunis. La Mehalla de Zarrouk au Sahel (1864). 62En mars, révoltes du Sahel et de Ben Ghedahem. Antología de la planeación en México, 32. book reviews & author details and more at Amazon.in. Ceux-ci l’ont fait à partir de 1820. 65Sur l’ensemble, les nationalités se répartissaient ainsi : 27 Français, 118 Maltais, 81 Italiens. Le pourcentage des Français, comparé à celui des autochtones (juifs et musulmans) et des non-Français (Maltais, Italiens et Espagnols), ainsi que les autres nationalités panni les minorités installées en Tunisie à cette époque, était insignifiant. Les écrivains francophones de Tunisie, italiens, juifs et musulmans. Tel était le paysage scolaire en Tunisie au temps du protectorat français, avec beaucoup de lacunes et d' insuffisances qui poussaient les parents et les enseignants à le combattre par tous les moyens , Messadi a choisi l’action syndicale pour rehausser l’état de l’enseignement et des … Cela s’expliquerait, nous semble-t-il, par le fait qu’en France l’église avait perdu le monopole de l’enseignement. GRANCHAMP, Pierre (1942) : « Notables français à Tunis de 1592 à 1881 », La Revue Tunisienne, 51, 201-241. Le nombre d’écoles et donc d’élèves aurait triplé en 6 ans ! DUNANT, Henry (1858) : Notice sur la Régence de Tunis. Selon Louis Machuel (1889 : 9), en 1883, on comptait en Tunisie « 150 élèves indigènes seulement étudiant la langue française ; en 1885, il y en avait 474, en 1889, nous en trouvons 1765 ». 17Certains historiens pensent que les efforts qui ont abouti à l’établissement des institutions d’enseignement du français avaient pour but inavoué la création des conditions favorables à l’installation du Protectorat. CALENDRIER POUR 1881 : Historique de l’Enseignement et des Institutions de la France. Établissement du protectorat de la France sur la Tunisie. 3On aurait pu commencer ce travail par la date d’installation, grâce à Sainte Emilie de Vialar6, de la première école dans laquelle a été dispensé un enseignement en français, à savoir 1840. Ces Associations étaient chrétiennes, comme par exemple, celles de l’abbé Bourgade, des chapelains de Saint-Louis de Carthage, des Frères des Écoles Chrétiennes, des Sœurs de Saint-Joseph et des Sœurs de Sion. Tunis, Frédéric Weber. Les Frères des Écoles chrétiennes touchent intégralement cette somme. PIOLET, Jean Baptiste (1902) : Les Missions catholiques en Orient et en Afrique du Nord. Bulletin de l’Association Amicale des Frères des Écoles Chrétiennes de Tunisie, 23, 54-62. et ceux des élèves. AccueilNuméros27Statut et enjeux du français au M...Aperçu sur l’enseignement du fran... Notre propos est de faire le point sur les conditions, les buts et surtout le statut de la langue française dans l’enseignement dispensé en Tunisie par les écoles libres (qu’elles soient françaises ou tunisiennes, autochtones ou relevant de l’Alliance Israélite Universelle) avant l’installation du Protectorat, c’est-à-dire de 1830 à 1883. Sa politique scolaire est marquée par sa personnalité. Planeación para el reordenamiento territorial y sociodemográfico Varios Autores pdf Apostelgeschichte für heute: Band 2 Nicholas Thomas Wright pdf Le programme comprenait l’étude de la langue française et de la langue italienne, des mathématiques, de l’histoire et de la géographie. Mais, au sein même de l’église catholique, il était vital de devancer les Italiens (du royaume de Sardaigne), en Tunisie et en Afrique du Nord, en instituant sinon une culture française et une reconnaissance culturelle dans le français, du moins des liens affectifs avec la France. Les Frères des Écoles Chrétiennes succèdent à l’abbé Bourgade. JOURNAL OFFICIEL (de Tunisie), de 1883 à 1886. Free delivery on qualified orders. Paris, Jacques Lecoffre. 82Le lycée Saint-Louis a cédé la place à l’Institut Catholique des Nègres de la Marsa. Faculté des Sciences Humaines et Sociales. Les Tunisiens musulmans avaient spécialement le kouttab (école coranique) à côté des madarsas qui servaient surtout une culture religieuse, mais nullement scientifique ou linguistique. Tunis, Revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes. 7En se fondant sur ces statistiques, qui dénoncent la réalité de l’enseignement du français en Tunisie avant 1883, on peut affirmer sans risque d’erreur que bien que les programmes aient repris ceux de la métropole, la langue française était enseignée surtout comme langue étrangère, rarement comme langue maternelle. Mais, au vu de ce qui s’est produit, elle devait être bien plus influente, disposant sans doute de plus de moyens ou de liberté d’action. Format : Roman (134x204) Nombre de pages : 84. Mais l’ouverture du premier consulat ne correspond pas à l’afflux des colonies européennes venues s’installer en Tunisie. Avènement de Louis-Philippe (1830-1848). 95Décembre, une école mixte (38 filles, 26 garçons) est fondée à Monastir, par les Sœurs de Saint-Joseph. En 1869, ses finances en déroute, elle est placée sous la tutelle d'une commission financière internationale. L’originalité de ce travail est d’aborder cette question dans un contexte colonial, et en particulier dans le cadre du développement de la scolarisation des filles sous le Protectorat tunisien. Tunis, Société Tunisienne de Diffusion. Il tenta de créer une « fusion des races » selon son propre terme. MELON, Paul (1884) : « Rapport des Écoles Libres en Tunisie », Journal Officiel, n° 10419. 9130 octobre, ouverture de l’école des Sœurs Blanches (alias missionnaires de Notre-Dame d’Afrique) à la Marsa. 52La première école fondée à Tunis pendant le règne de Mohamed Bey (le 22 septembre 1855), est la deuxième école de garçons de la Régence. 40Emilie de Vialar ouvre l’école de la Marsa qui a été créée sur l’instigation de M. Raffo, ministre du Bey, pour accueillir les fils des notables et les fils des étrangers en poste à Tunis. Pourtant les Juifs, mis à part les autochtones, étaient en majorité d’origine italienne ou espagnole. *FREE* shipping on qualifying offers. Le présent article étudie la formation bilingue et biculturelle de Louis Machuel (1848-1921), premier directeur de l’enseignement public dans la régence. Paris, Imprimerie Nationale. Pourquoi est-il impossible d’accéder à Gmail ? Tapuscrit. Cette action a été sans doute encouragée par la situation politique dans l’empire ottoman finissant. La Tunisie était inexistante, précise-t-elle. vidéo de Mme Fatma Djellouli Ben Becher : Write CSS OR LESS and hit save. Les lettres pastorales du cardinal Charles Lavigerie confirment bien qu’il s’agissait d’une réalité et non de la projection d’un scénario possible. H 3. La Tunisie était inexistante, précise-t-elle. 81En 1880, l’école rue Sidi Saber compte 165 élèves, dont 86 Italiennes, 73 Maltaises, 1 Française, 2 musulmanes et 5 Israélites. colonies. MOUCHARRAFIEH, Madiha (1984) : (en arabe) Al-muassasat at-taqafya fi-l-ayala at-tounisya fi-n-nisf al-awwel min al-qarn aitasi’ ‘achar (1830-/855), (Les Institutions culturelles dans la Régence de Tunis à la première moitié du XIXe siècle (I830-I855). 50Emilie de Vialar installe une nouvelle école à Sousse. Read Expositions et culture coloniale. Elle ne semble avoir accédé au statut de langue commune, langue de l’administration ou de la littérature qu’à partir de 1889. Le protectorat français en Tunisie est institué par le traité du Bardo en 1881. 42L’abbé Bourgade, qui avait « compris toute l’importance qu’il y avait à répandre la connaissance de la langue française dans la Régence » installa son collège dans une impasse de la rue Sidi-el-Mordjani, dénommée de nos jours Zanguet-el-Babbas (impasse du missionnaire). ), des Marianistes (cartons 87, 159, 161), de la République Tunisienne (carton 64, armoire 6 ; carton 71, armoire 7 ; carton 110, armoire 11 ; carton 114, armoire 22), Correspondances de Lavigerie avec Ratisbonne (Bl. La date de 1830 correspond certes à un événement majeur, celui de l’occupation de l’Algérie par la France. Charles Louis Napoléon (1848-1852). Paris, Armand Colin. Au début, les langues ensei­gnées étaient l’arabe pour tous, les deux tiers des élèves apprenaient soit le français soit l’italien. Certains, comme Louis Machuel, pensent qu'elle a été fermée plus tard pour des raisons économiques. ARNOULET, F. (1991) : « Les problèmes de l’enseignement au début du Protectorat français en Tunisie (1881-1900) », IB LA, 167, 31-62. L’organisation sanitaire en Tunisie sous le Protectorat français (1881–1956): Un bilan ambigu et contrasté (review) January 2009 Bulletin of the History of Medicine 83(2):413-414 11Mais, remarquable est l’absence des jésuites...car, si tout le monde connaît leur apport dans la propagation de la foi chrétienne par l’enseignement, ce qui est étonnant, c’est qu’ils n’aient rien tenté en Tunisie, alors que les enseignants comme les programmes ont très probablement profité de leurs méthodes pédagogiques, surtout dans les lycées secondaires. 94Décembre, ouverture, par les Sœurs de Saint-Joseph, d’une école de filles à la Cité des Maltais à Tunis. 104En 1889, le nombre des écoles françaises est passé à 67 [69, selon certaines sources]. Est-ce cette volonté qui nous manque aujourd’hui pour faire de la Tunisie un pays leader dans le monde arabe ? Comme disait Marcel Gandolphe (1922 : 207) : « Seule la France n’avait pas encore tenté le moindre effort ». Une Tunisie qui a peut-être oublié l’implication de ces femmes dans l’enseignement et dans la formation de générations qui ont bâti une nation post-indépendance avec peu de moyens mais beaucoup de volonté. Publications de l’Université de Tunis. 89Ouverture le 1er mars de la première école des Sœurs de Sion, rue d’Italie (actuelle rue Charles de Gaulle) à Tunis. En 1889, le français était devenu obligatoire. ARNOULET, F. (1954) : « La pénétration intellectuelle en Tunisie avant le Protectorat ». 9 Auteur lui-même d'ouvrages sur l'enseignement dans la Régence de Tunis. Voir notre bibliographie. TAN1T, Revue Tuni­sienne de Lettres et d’Arts. Ce sera-là une première hypothèse de travail : le but du développement de l’enseignement du français en Tunisie n’était pas de promouvoir la langue française, encore moins de s’occuper de la colonie française en Afrique7, mais de s’opposer à l’influence grandissante des concurrents européens (l’Angleterre et surtout l’Italie), et ainsi de préparer l’installation du Protectorat. Au XIX e siècle, la Régence de Tunis parvient à échapper à la domination ottomane, mais c'est seulement pour tomber sous la dépendance des puissances européennes. 8Le français a donc eu un statut principalement de langue étrangère jusqu’en 1883, puis il a eu tendance, dans certains cas, à devenir une langue seconde à partir de cette date. » Le Pacte Fondamental (‘Ahd al-’amen), signé par Mohamed Bey en 1857 sous la pression de la Sublime Porte, n’a fait que légitimer une réalité sur le terrain17. Elles portent une sérieuse atteinte au nombre d’élèves (une cinquantaine). L'organisation sanitaire en Tunisie sous le Protectorat français (1881-1956) : … La vie Tunisienne Illustrée, (première partie) 11, 207-210. Il faut signaler que l’Italie était accaparée à l’époque par des problèmes internes d’unité et d’identité. XCVIII, 438/439, 140-182. Ce droit est confirmé par le traité anglo-tunisien de 1863. Mme Djellouli est l’auteure de quatre livre sur Tunis, son avenue, son théâtre municipal, sa Médina et l’habit traditionnel masculin. Revue Africaine, vol. Tunis, Imprimerie Générale. Signature du traité du Bardo. 5Il transparaît à la lecture des historiens que, par l’établissement des écoles libres françaises, ni la culture ni la langue françaises n’étaient un but en soi, mais un travail préliminaire à l’installation du Protectorat. (French Edition) [Chatti, Imen] on Amazon.com. 60Le collège du père Bourgade est fermé. 51Début du règne de Mohamed Bey (1855-1859). Comme l’avait précisé Mme Djellouli : “On avait l’impression qu’on était les maîtres du monde, capables de tout changer pour faire avancer le pays”. 9D’après les sources auxquelles nous avons pu accéder directement ou indirectement12, l’influence des associations de propagation de la foi apparaissait clairement. 15 Marcel Gandophe (1923 : 241) nous dit, pour justifier le désengagement de l'Angleterre, que les Italiens et les Maltais considéraient l'école de la rue de l'Église, parce qu'elle était occupée principalement par ces deux communautés « comme leur appartenant ; aussi l'Angleterre, depuis cette création n'a plus tenté aucun effort pour établir des institutions scolaires... ». 11 Cf. Il faut reconnaître cependant que l’installation de tels établissements catholiques faisait écho à la querelle qui secouait la société française concernant l’enseignement. Paris, G. Masson. 80« En 1880, le cardinal Lavigerie fit élever, autour de la chapelle Saint-Louis à Carthage, de grands bâtiments dans lesquels il installa un collège qu’il appela collège Saint-Louis de Carthage. 13 Pour en déterminer le nombre et les origines, v. H. Dunant 1858 et J. Ganiage 1955. 6 Cité par Bruno Belhoste, « Les caractères généraux de l’enseignement secondaire scientifique de Cette date de 1830 marque en outre la fin du règne de Charles X et le début de celui de Louis-Philippe5, et en Tunisie une très mauvaise saison agricole marquée par une grande sécheresse. En plus, les Français n’ont pas attendu cette date pour s’installer en Tunisie. 934 décembre, les Marianistes ouvrent une école de 3 classes à Sfax. Vidéo de Mme Gharsa : 86L’inauguration du collège Alaoui eut lieu le 29 décembre 1881 en présence de S.A. le Bey Ali dont ledit collège portait le nom. ... Quelques éléments de la politique culturelle de l'Espagne au Maroc en zone nord du protectorat.In edited 46 Juifs et Musulmans, 9 Schismatiques [ ? Protectorat en Tunisie, on le nomma directeur de l'Enseignement public (1883-1908). 25Fondation de la première école protestante par les Anglais au profit des Maltais. 18Ainsi, ce seraient les administrés, qui, ayant des enfants qu’ils désiraient faire instruire, auraient songé à créer les établissements scolaires. L’établissement de ces écoles congréganistes permettait de limiter l’influence des écoles laïques. ISBN : 9782334063364. JSK vs CA Club Africain en direct et live streaming, Inter Milan vs Naples en direct et live streaming, Anas Hmadi: Les magistrats poursuivront la grève jusqu’à la satisfaction de leurs revendications, Tunisie – COVID-19 : Le bilan des contaminations en milieu scolaire s’élève à 4116 cas. Témoins de ce changement de statut, le nombre d’Italiens et de Tunisiens écrivant en français, promu langue de la littérature et des communications. Mediha Moucharrafieh, 1990 : 32-36). Volume 1, Aperçu sur l’enseignement du français en Tunisie de 1830 à 1883, Portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales, http://journals.openedition.org/dhfles/docannexe/image/2604/img-1.jpg, Catalogue des 552 revues. Free delivery on qualified orders. 12Mais, ces différentes congrégations ne seraient pas venues s’installer et enseigner en Tunisie s’il n’y avait pas eu de colonies importantes de chrétiens ou du moins d’Européens13. Histoire en photos, photos sans histoires: La photo souvenir en Tunisie sous le protectorat (Omn.Univ.Europ.) Cette école n’a fonctionné que pendant deux ans. La proximité territoriale de l’Algérie a certainement facilité l’accès des Français à la Tunisie. ANONYME (1922) : « Le collège Alaoui », La vie Tunisienne Illustrée, avril, 11, 22-24. 58Avènement de Mohamed-Sadok Bey (1859-1882). les arts en tunisie sous le protectorat. 2Cette date de 1830 correspond en réalité à la création des premiers établissements d’enseignement privé. Elle est l’œuvre des Frères des Écoles Chrétiennes. 13Il nous semble donc que les deux facteurs cités plus haut, i.e. Cela ne relevait donc nullement du hasard si les documents d’archives indiquaient la confession des maîtres (chrétiens, laïques, musulmans, juifs, voire schismatiques, etc.) Elle correspond à l’apogée par l’explosion du nombre d’écoles : ce nombre étant passé de 24 en 1883 à 69 en 1889 (voir graphique en lin d’article). Cependant, comme nous le dit Arnoulet (1954 : 140-141) : Il est curieux de constater que tout ce mouvement qui débuta dès 1830 s’est accompli sans l’intervention des Consuls des différentes nations représentées à Tunis et que ce furent plutôt leurs ressortissants qui favorisèrent le développement des écoles.

Tryo Clip Confinement, Temps De Vol Paris Dubaï, Application Franprix Livraison, Excursions Costa Fjords Norvège, Mykonos En Octobre Avis, La Charge Héroïque, Histoire Des Diarra, Réserver Train Alfa Pendular, Chanson Bébé Pour Dormir,